En respect des mesures de lutte contre l’épidémie du Covid-19, l’édition 2020 du Festival d’Annecy sur place est annulée.
Suivez les dernières annonces ici.

Ognisty Ptak

La Pologne : Esthètes et mélomanes

  1. Résumé
  2. Descriptif

Au cœur de l'animation polonaise, deux mouvances riches de leurs relations étroites avec la musique et la technique.

Ce programme vise à célébrer deux riches mouvances de l’animation polonaise. D’abord, ces films caractérisés par une relation fertile à la musique et une approche virtuose de la technique. Ensuite, ces œuvres à caractère pictural, parfois abstraites, mais pas obligatoirement, qui célèbrent le triomphe de l’illustration ou de l’art visuel par l’importance qu’ils accordent à la dimension graphique.

Aleksandra Korejwo est la plus célèbre représentante du premier courant, les films de sel animé qu’elle a consacré à Bizet ou à Saint-Saëns constituant des modèles du genre. L’Oiseau de feu d’Andrzej Gosieniecki s’inscrit dans la continuité de la démarche de Korejwo, tandis qu’avec Plamuz Zbigniew Rybczynski utilise la rotoscopie pour proposer une équivalence plastique d’un morceau de jazz.

Le fascinant et déstabilisant III de Jakub Lech constitue un excellent exemple de la deuxième tendance. Le jeune cinéaste se situe dans le prolongement du vétéran Piotr Kamler, dont Le Pas (1975), produit en France, est un classique du genre. De Kamler, nous avons choisi de présenter Continu - discontinu 2010, preuve que l’artiste, à plus de 75 ans, demeure d’une absolue pertinence.

La plupart des films du programme sont des œuvres récentes (la plus récente : Lost Senses de Marcin Wasilewski, un hommage à Giorgio de Chirico), signe de leur forte prévalence dans la production actuelle.

Marcel JEAN
CITIA