Rosto

12 mar 2019

  Disparition du réalisateur Rosto 

C’est avec une grande émotion que l’équipe du Festival d’Annecy a appris le décès prématuré de Rosto, à l’âge de 50 ans, ce 8 mars.

Auteur, réalisateur, illustrateur et musicien, Rosto est décédé ce 8 mars, alors qu’il était en pleine préparation de son premier long métrage d’animation.

Né le 14 février 1969, il fit ses premiers pas dans l’écriture en rédigeant des textes pour son groupe de rock, Thee Wreckers. À cette même époque, il fonda le Studio Rosto A.D. avec lequel il commença à produire et réaliser des courts métrages d’animation.

Entre 1998 et 2014, il publia le projet transmédia Mind My Gap, roman graphique en ligne constellé de courts métrages mélangeant dessins, photographies et créations musicales. Il en tirera par la suite une trilogie de courts métrages d’animation : Beheaded, (The Rise and Fall of the Legendary) Anglobilly Ferverson (sélectionné à Annecy en 2002) et Jona/Tomberry.

Habitué du Festival d’Annecy qui a diffusé plusieurs de ses films, il fit partie du comité de sélection courts et longs métrages en 2004, aux côtés de Régina Pessoa et Lolo Zazar et s’y est vu remettre le prix Sacem de la musique originale en 2013 pour son court métrage Lonely Bones. L’an passé, ses courts métrages ont fait l’objet d’un programme spécial, dans le cadre de la thématique Musique et cinéma d’animation, et il y a animé la Leçon de cinéma Animateurs et musiciens.

Jurys 2004 ® A. Gobeli/CITIA

Nicolas Schmerkin (Autour de Minuit), fidèle partenaire de Rosto, a rédigé quelques lignes suite à sa disparition : "Mais avant d’être un génie de l’image, un compositeur de talent et une figure mondiale de l’animation, c’était avant tout une âme exceptionnelle, un cœur d’or dans un blouson de rocker, un punk à la classe sans pareille qui aura marqué chaque personne qu’il aura croisé au fil de ses voyages autour du monde. C’était devenu un ami et un frère, un compagnon dont la route s’est arrêtée trop tôt. Il venait de terminer sa tétralogie musicale, dont le dernier volet Reruns résonne a posteriori comme un testament."

Marcel Jean, délégué artistique du Festival d’Annecy, lui a également adressé un hommage : "L'ami Rosto est parti hier soir dans la grande ambulance de Splintertime. C'était un artiste immense, qui a contribué à renouveler l'esthétique du cinéma d'animation et qui a marqué quantité d'autres artistes et fasciné des milliers de cinéphiles au cours des 20 dernières années. C'était aussi et surtout un très grand bonhomme, une sorte de prince punk dont la classe, la gentillesse et la générosité contrastaient avec son altière élégance de rocker, avec son look incomparable qui attirait l'attention dès qu'il entrait dans une pièce. Rosto était un humain attentif, brillant, d'une courtoisie extraordinaire."

Les pensées de toute l’équipe du Festival d’Annecy, vont à sa famille et à ses proches. Une projection lui sera consacrée lors de l’édition à venir, dans le cadre du Grand Sommeil.

Commentaires