21 fév 2012

  Festival international du film d'animation 2012 

lisez l'interview de Patrick Eveno, directeur de CITIA.

">

Méthodes et critères de sélection des films, fonctionnement du Festival international du film d'animation, tendances 2012...
Pour tout savoir, lisez l'interview de Patrick Eveno, directeur de CITIA.

Cette interview a été menée par Fous d'Anim suite aux diverses questions et réflexions émises sur leur forum.



Extrait de l'interview donnée à Fous d'Anim par Patrick Eveno, directeur de CITIA.


Sur les sélections :

1/- Cette année, le Festival d'Annecy semble renoncer à faire sélectionner les films en compétition par un comité indépendant, comme il en avait l'habitude. Pourquoi y renoncer et pourquoi maintenant ?

La compétence incontestable et la légitimité de l’équipe des Contenus créatifs de CITIA (réunie autour de Laurent Million depuis plusieurs années) nous a amenés à leur confier désormais la sélection des quatre catégories d’œuvres qui composent la compétition, en étroite collaboration avec notre délégué artistique, Serge Bromberg.

Il est vrai aussi qu’il devenait de plus en plus difficile de réunir 12 sélectionneurs, professionnellement incontestables, durant une longue période (10 jours pour les courts métrages) en février ou mars.

Cette réforme était en discussion au sein de CITIA depuis longtemps et c’est la maturité désormais avérée de notre équipe qui a déterminé ce choix plus conforme à la pratique de la plupart des festivals de renommée internationale.


2/- La décision d'un comité extérieur était sans appel, ne craignez-vous pas qu'en internalisant le processus, le Festival soit plus soumis aux "pressions amicales" de la part de studios et d'habitués qui ont un intérêt financier ou personnel à voir leurs films présents en compétition ?

Je me porte garant de l’indépendance de ce nouveau comité de sélection, s’il en est besoin. L’intégrité des personnes qui le composent est incontestable. L’équipe de CITIA, sous ma responsabilité, les protégera de toute tentative de pression. Rien ne dit d’ailleurs que ces "pressions amicales" ne s’exerçaient pas les années passées. Je remarque d’ailleurs que, précédemment, quand quelqu’un était mécontent d’une non-sélection, c’était bien généralement au Festival qu’il adressait reproches et pression amicale – et non aux membres des comités de sélection.


Sur les locaux :

3/- On a parlé de travaux à Bonlieu, puis non, puis oui. Il semble finalement que le Festival ait lieu dans le traditionnel Bonlieu, suite au retard du désamiantage du parking. Qu'en est-il réellement ?

Le Festival 2012 se tiendra bien à Bonlieu. Les travaux débuteront, selon toute vraisemblance, à la mi-juin.


4/- L'édition 2012 sera-t-elle gênée par les travaux ?

Non.


5/- La solution de repli pour 2013 se précise-t-elle ?

CITIA a fait réaliser, l’automne dernier, une étude sur les solutions à mettre en place pour organiser les éditions 2013 et 2014 du Festival. Les études techniques et financières pour l’édification de structures temporaires de projection, d’accueil du public, de la presse et des partenaires sont d’ores et déjà définies avec précision. Plusieurs scénarios d’implantation ont été étudiés, répondant aux critères de qualité de l’offre et de centralité (proximité de Bonlieu). Nos partenaires publics se sont mobilisés pour faire face à ces besoins exceptionnels. C’est l’été prochain, en fonction de la programmation et de l’avancement du chantier de rénovation de Bonlieu, que les décisions définitives seront prises.


Sur le Festival :

6/- Pourquoi la création de l'affiche du Festival est-elle maintenant un concours, rentrant dans un système discutable de rémunération des graphistes et auteurs ? Ce système se reproduira-t-il ?

Nous n’avons rien fait d’autre qu'étendre la consultation sous forme d’un appel à projets. Nous allons préciser la question des droits acquis et de la rémunération de ceux-ci l’an prochain. Je regrette de ne pas pouvoir consacrer une somme plus importante à cette création, mais c'est le cas avec ce poste budgétaire comme avec d’autres, en ces temps de budget restreint.


7/- Le Festival continuera-t-il à développer le côté mainstream (gros studios internationaux, stars du doublage, etc.) au détriment du "côté auteur", qu'il a un peu perdu depuis une dizaine d'années ?

Le Festival continuera à développer ce que vous appelez le côté mainstream mais certainement pas au détriment des œuvres dites "d’auteur". Tout est affaire d’équilibre et je tiens à cet équilibre-ci. Nous avons, depuis quelques années, accordé plus de place aux longs métrages, sans le faire au détriment des autres formats. Le long métrage s’inscrit dans une économie où la mise en marché est déterminante et les lumières plus vives. Il faut en accepter le principe. Pour autant, les choix du Festival (films d’ouverture, avant-premières, Work in Progress…) sont très divers.


8/- Considérez-vous qu'AnnecyOFF, créé l'année dernière (et censé remplacer le Annecy Plus initié par Plympton), vous fait de la concurrence, pose des soucis de lisibilité du Festival ou de confusion pour les festivaliers et les professionnels ?

Tant qu’AnnecyOFF est resté AnnecyOFF, tout allait bien et nous regardions favorablement cette initiative conçue par un adolescent pour des adolescents et jeunes adultes. Mais voilà, AnnecyOFF est devenu "Annecy Bis", entretenant effectivement une grande confusion auprès des professionnels qui ne savent plus qui les sollicite et pourquoi. Disons-le franchement aussi, il s’agit désormais d’une opération privée, qui doit se financer et qui recherche, comme nous, des sponsors. Elle fait peser un risque sur la lisibilité de notre événement, sur sa crédibilité auprès des professionnels et partenaires privés (les partenaires publics, pour leur part ont clairement réaffirmé le caractère exclusif de leur soutien à CITIA). Tout ceci nous a amenés à adresser un message, qui figure toujours sur nos sites, de mise en garde auprès de toutes les personnes et organismes qui nous font confiance chaque année. Par ailleurs, et selon moi, AnnecyOFF n'a en rien remplacé le Annecy Plus de Bill Plympton.


9/- Un thème ou invité pour cette édition ?

Un pays à l’honneur, l’Irlande, et un projet artistique qui sera divulgué un peu plus tard avec des thématiques propres à l’édition 2012.


10/- Y aura-t-il une modification de la ligne éditoriale du Festival ? De nouveaux choix ?

Cette question est en débat permanent. Il y aura certainement dans l’avenir des modifications de cette ligne éditoriale, ne serait-ce que parce que notre environnement évolue en permanence.


11/- Quand verra-t-on le visuel 2012 ?

Lors de l'annonce d'une partie de la sélection, à la mi-mars.

Commentaires