Synthèses des conférences 2012

Enjeux de l'hybridation |  ©

Enjeux de l'hybridation

  1. Intervenants
  2. Modérateur
  3. SolidAnim : mocap et réalité augmentée
  4. 2 Minutes sur les tablettes
  5. Another Day of Life : l'hybridation au service de l'Histoire
  6. Autour de Minuit : l'hybridation en ligne de mire

Sommaire

L'hybridation des techniques dans l'optique de créer une œuvre plus complexe et plus riche n'est pas un phénomène nouveau. Dans le cinéma, les exemples sont nombreux tout au long du XXe siècle mais l'innovation technologique tend à fusionner de plus en plus des techniques qui, jusqu'alors, ne se côtoyaient même pas. Si, depuis plusieurs années, certains producteurs comme Autour de Minuit relèvent le défi avec succès, d'autres s'y frottent pour la première fois, comme Kanaki Films et Platige Image sur une coproduction hispano-polonaise. Mais l'hybridation dispose d'un champ d'action plus large dans une acception plus cross-média, via l'utilisation d'assets communs d'une série TV pour des apps iPad, ce que le studio 2 Minutes, par exemple, développe actuellement. Et des sociétés telles que SolidAnim misent sur une R&D performante pour offrir des services orientés temps réel.

Intervenants :

  • Isaac PARTOUCHE
    Isaac PARTOUCHE

    PDG, France
    SolidAnim

    Biographie

    Isaac Partouche est président de Solidanim. Cette société, spécialisée dans la capture de mouvement, développe également des technologies pour les industries de l'image.
    Il a travaillé à la mise en place de chaîne de production mocap (motion capture) en France et à l'international.

  • Emmanuel LINOT
    Emmanuel LINOT

    Directeur opérationnel, France
    SolidAnim

    Biographie

    Emmanuel Linot est directeur associé chez Solidanim. Cette société, spécialisée dans la capture de mouvement, développe également des technologies pour les industries de l'image.
    Il a auparavant travaillé, entre autres, chez Exmachina, Quantic Dream, Duran, Ubisoft, Herold & Family.

  • Jean-Michel SPINER
    Jean-Michel SPINER

    Producteur, France
    2 Minutes

    Biographie

    Jean-Michel Spiner fonde en 2000 le studio 2 Minutes, spécialisé en développement d'applications cross-médias et de séries d'animation.

  • Nicolas SCHMERKIN
    Nicolas SCHMERKIN

    Producteur, France
    Autour de minuit

    Biographie

    Nicolas Schmerkin a fondé en 2001 la société Autour de Minuit, spécialisée dans la production et la distribution internationale de films hybrides. Une quarantaine de films courts ont été produits notamment Obras, Flesh, Dix ou Logorama. La série hybride Babioles est en production et 2 longs métrages hybrides sont en développement.

  • Raúl DE LA FUENTE
    Raúl DE LA FUENTE

    Réalisateur, Espagne
    Kanaki Films

    Biographie

    Raul de la Fuente est réalisateur, scénariste et fondateur de Kanaki Films. Il a notamment réalisé Nömadak TX en 2007. Son dernier travail, La Vierge noire, a été nominé pour un Goya et a remporté un Silver Biznaga à Malaga FF.

  • Ole WENDORFF-OSTERGAARD
    Ole WENDORFF-OSTERGAARD

    Producteur, Pologne
    Platige Image

    Biographie

    Ole Wendorff-Østergaard a une solide expérience en financement et coproduction de films. Citons, par exemple, Antichrist de Lars von Trier.

    Depuis son arrivée en Pologne, il dirige la division long métrage de Platige Image.

  • Jaroslaw SAWKO
    Jaroslaw SAWKO

    PDG, Pologne
    Platige Image

    Biographie

    Jarek Sawko est producteur et directeur général de Platige Image : un studio de postproduction spécialisé dans l'infographie ainsi que l'animation 3D et VFX. Jarek s'intéresse aux possibilités d'implantation de l'animation par ordinateur et VFX dans les différents domaine des arts et du divertissement.

Modérateur :

  • Thierry BARBIER
    Thierry BARBIER

    Producteur exécutif, France
    Amak

    Biographie

    Thierry Barbier a fondé en 2000 Amak, studio de conception et de production spécialisé en dispositifs interactifs et immersifs (temps réel, 3D-relief, 4D, multiécrans, ride…). Il dirige depuis 2009 le projet B3D, visite en réalité augmentée du cœur historique de Bordeaux, produit par Heritage Prod et soutenu par la région Aquitaine.

Mots clés

hybridation, enjeux, motion capture, réalité augmentée, Studio Anim, SolidTrack, Keymotion, Kanaki, Platige, SolidAnim, Autour de Minuit, 2 minutes, Another Day of Life 

La conférence autour des enjeux de l'hybridation est caractéristique de la porosité des secteurs, entre VFX et animation mais aussi entre animation et prises de vues réelles, réalité augmentée, jeu vidéo, etc. Après avoir défini les deux axes autour desquels allait s'articuler la conférence (outils et pratiques d'une part, contenus d'autre part), René Broca, co-organisateur des conférences, laisse la parole aux intervenants du premier volet, en leur demandant en quoi leurs innovations sont hybrides.

Pour Emmanuel Linot, de SolidAnim, "nos outils sont hybrides dans le sens où ils amènent à une autre façon de penser la motion capture". Isaac Partouche, lui aussi de SolidAnim, complète en expliquant qu'il s'agit d'une "façon de prévisualiser, lors de la prise de vues, des animations en images de synthèse manœuvrables en temps réel". Enfin, Jean-Michel Spiner, pour 2 Minutes, voit l'hybridation dans "des produits dérivés de supports de séries TV se servant de données issues de cette série".

SolidAnim : mocap et réalité augmentée

La société SolidAnim, créée en 2007, s'est spécialisée dans la capture de mouvements (mocap) ; elle dispose de deux studios, basés à Ivry-sur-Seine et Angoulême. En 2010, la société a décidé d'ouvrir un département R&D avec pour objectif de mettre au point des outils flexibles et adaptés au temps réel. "L'idée est de fournir des solutions innovantes pour donner au réalisateur plus de contrôle, associé à une simplification des processus", explique Isaac Partouche.

SolidAnim a décidé de s'équiper en mocap optique ? car le système "est le plus précis, au millimètre près" ? avec 48 caméras Vicon MX40+ pour des captures de plusieurs personnes, tant au niveau du corps que du visage et des doigts (réparties également sur les deux sites de capture). À cet ensemble s'associent 18 caméras OptiTrack complémentaires. "Aujourd'hui, nous avons une fiabilité du signal beaucoup plus importante, mais la question qu'il convient de se poser est jusqu'à quel réalisme peut-on arriver ? On sait reproduire des clones numériques à l'identique, y compris dans les contacts au sol et le mouvement des épaules", rappelle le PDG de SolidAnim.

 

Cendrillon au Far West

 

Récemment, la société a été engagée sur le long métrage Cendrillon au Far West, de Pascal Hérold qui revisite le conte avec des animaux comme personnages mais agissant comme des humains. "Sur ce projet, poursuit Emmanuel Linot, nous avons mis sur pied un pipeline d'animation sur mesure avec notre outil Keymotion, qui est un mélange entre animation keyframe et mocap." Le mélange de techniques allie la motion capture sur les séquences de danse et le keyframe sur les séquences d'acting. Le film a néanmoins été intégralement tourné en mocap pour donner des références aux animateurs. Emmanuel Linot tient à préciser qu'il ne s'agissait pas de performance capture : "nous avons travaillé avec les voix définitives et, durant le tournage, les comédiens ont effectué plus de mime que de réel acting".

Le casting incluait un personnage de grande taille, un autre très petit et le premier réflexe a été d'adapter la mocap avec des acteurs différents ; "au final, nous avons tout tourné avec le même acteur, de petite taille, mais nous avons développé un logiciel de retargeting pour adapter les tailles". En parallèle, les acteurs portaient un casque pour effectuer la capture des regards, qui étaient ensuite synchronisés avec les mouvements du corps.

Autre logiciel innovant de SolidAnim, SolidTrack se veut un outil permettant un accès plus aisé à une caméra virtuelle. "Avec SolidTrack, on donne au réalisateur le moyen de visualiser des personnages ou des objets hybrides sur un tournage, en réalité augmentée." Le workflow est le suivant : à partir de modèles 3D, animation temps réel, motion capture ou keyframe, et via un plug-in MotionBuilder, SolidTrack donne immédiatement au porteur de la caméra l'animation sur son écran de contrôle, pour permettre une prise de vues en totale adéquation avec l'animation. La structure est légère : une caméra IP Ethernet, un fisheye monté sur une caméra (35 mm ou numérique). "Nous nous sommes focalisés sur des caméras Steadicam pour des tournages souples, en extérieur", complète Isaac Partouche.

Quels sont les autres axes de développement en R&D pour SolidAnim ? Aujourd'hui, la société se focalise sur deux points : l'animation des visages avec EyeTracker, soit la capture des mouvements oculaires sans marqueur et avec une seule caméra ; et la prévisualisation sur le plateau, pour la réalité augmentée.

En réponse à la question du financement de cette R&D, Isaac Partouche explique que la prestation "aide au développement de nos outils à hauteur de 30 %, plus 30 % de fonds propres. Le reste provient de nos réponses à des appels à projets."

 

En réponse à la question de l'éventuelle commercialisation de SolidTrack, il répond que "pour le moment, il s'agit d'un service ; mais d'ici à la fin de l'année 2012, elle n'est pas exclue".

2 Minutes sur les tablettes

Producteur de séries d'animation, le studio 2 Minutes a ouvert son champ d'investigation à l'hybridation des supports, en souhaitant "prolonger l'expérience télévisuelle", explique Jean-Michel Spiner. "C'est une demande très forte de la part des diffuseurs mais cela s'avère très complexe à financer." 2 Minutes a déjà réalisé plusieurs essais en la matière : Chico Chica Boumba est la première série, financée par M6, le CNC, MEDIA et les producteurs, à intégrer des applis spécifiques Web et iPad. "Il s'agit d'abord d'une app de réalité augmentée. L'utilisateur positionne un capteur dans le champ de sa webcam et les enfants peuvent ainsi danser avec l'un des personnages principaux de la série, à côté." S'ajoute à cela une application Web de type Guitar Hero.

Partant du constat que les applications généralistes sont peu voire pas financées, 2 Minutes a désiré mettre en place une stratégie basée sur "une déclinaison sur plusieurs propriétés, indépendantes de la technique de fabrication, avec la réutilisation des assets de production et des interfaces aisément adaptables à plusieurs propriétés intellectuelles".


Rosie © 2 Minutes/Zagtoon

Pour faciliter le travail d'approche, le premier essai s'est appuyé sur la série Rosie, diffusée sur Gulli et AB, dont le studio est producteur. "Nous avons commencé par des mini-jeux comme le lancer de tartes, customisable en un jour, en fonction de la production, mais aussi un jeu de plateformes sur le principe "A rejoint B en évitant C". Peu de choses sont nécessaires dans ce type de jeu : des animations de marche, saut, des expressions de joie et de tristesse. Point."


Fort de ces premiers succès, 2 Minutes a mis sur pied Studio Comics, une app disponible en ligne sur le site de Gulli et sur l'AppStore. Lancée en mai, elle compte déjà 3 500 téléchargements, sans promotion dédiée. Il s'agit donc de réaliser des bandes dessinées à partir des personnages et décors de la série TV : des fonctions de zoom, de gestion des calques, de sauvegarde et d'impression puis d'envoi par courriel offrent aux utilisateurs la possibilité de créer leurs propres histoires, à partir des dessins des personnages et environnements de la série, sans création supplémentaire de la part de la production.

Plus loin dans l'hybridation, Studio Anim permet de mettre en scène son propre dessin animé sur le Web et sur l'iPad. "L'idée est de juxtaposer des séquences d'animation existantes avec intégration de son selon deux possibilités : frappe clavier ou enregistrement micro." L'assemblage se fait par brique d'action/son. Solid Anim comporte deux niveaux, débutant et expert. Dans le premier cas, le cadrage est imposé et le joueur dispose de deux personnages maximum. Les positions sont fixes, la durée des actions imposée et chaque brique d'action/son a la même durée. Dans le second cas, le joueur peut gérer les déplacements des personnages via des marqueurs au sol, avec en plus la gestion d'une map de profondeur (pour réduire la taille des personnages si le déplacement va vers le Z). "Il y a aussi la possibilité de zones d'exclusion dans les déplacements, la gestion des humeurs des personnages et une option pour la direction des regards." Ici, paroles et actions sont dissociées. La version 1 de Studio Anim devrait voir le jour à la fin de l'année 2012 pour une cible de 5/13 ans. Le portage sur Android est naturellement prévu.

En réponse à la question du coût d'achat de l'app, Jean-Michel Spiner avance : "la gratuité dans un premier temps. Après, ce sera à chacun des propriétaires des licences de faire son choix. Des discussions sont actuellement en cours avec d'autres producteurs pour faire l'acquisition du logiciel."

Another Day of Life : l'hybridation au service de l'Histoire

Kanaki Films, basé en Espagne, est spécialisé dans la production documentaire et son réalisateur, Raul de la Fuente, a été nominé aux Goya 2012 pour son court Virgen negra. Les Polonais de Platige Image existent depuis 1997 et le studio de Varsovie, qui compte 150 artistes, a reçu de nombreuses distinctions dans des festivals internationaux dont celui d'Annecy.


Conférence Enjeux de l'hybridation © G. Piel/CITIA

Le long métrage Another Day of Life est né de la lecture du livre du reporter de guerre polonais Ryszard Kapu?ci?ski D'une guerre l'autre, qui traite du conflit ayant vu le jour en Angola en 1975. "Lorsqu'il est arrivé sur le théâtre du conflit, explique Ole Wendorff-Østergaard, producteur, Kapu?ci?ski a d'abord traité la guerre avec l'œil d'un professionnel de l'information. Mais peu à peu, les mots qu'il utilise prennent un tour poétique et, au final, le journaliste s'est engagé dans ce conflit au sens où il a pris position, ce qui n'est normalement pas la règle. Ce livre nous a paru rapidement très bien adapté pour un long métrage d'animation, mais nous ne voulions pas perdre de vue la dimension documentaire.


Nous nous sommes donc rapprochés de Raul pour qu'il tourne toutes les séquences en prises de vues réelles – principalement le témoignage des survivants –, tandis que Damian Nenow, auteur du court métrage primé (au Festival international du film d'animation d'Annecy) Paths of Hate, prendrait en charge la partie animation." Le partage entre animation et prises de vues réelles est d'environ 60/40.

"La technique utilisée pour la partie animation est la capture de mouvements, mais il s'est avéré très difficile d'harmoniser cela avec une animation stylisée, surtout pour les plans serrés des visages", explique Jarek Sawko, qui précise, sur le ton de la plaisanterie : "à ce titre, j'aurais bien aimé avoir l'outil de SolidAnim au moment de la production".

Actuellement, la partie tournage du documentaire live en Angola est terminée. "Nous en sommes à la troisième version du script, toujours en recherche de financement. Si tout se passe bien, la production devrait débuter en mars 2013 pour une fin estimée à l'automne 2014 et un budget de 3,25 M€." 

Sur la question précise de l'hybridation, les producteurs de Platige pointent le fait que "ce mélange de techniques pourrait laisser penser que nous pouvons solliciter tous les guichets de soutien en Pologne mais, étrangement, certains nous retoquent au motif que nous faisons de l'animation… et ceux de l'animation estiment que c'est un documentaire ! Notre seule perspective, dans le cadre de la politique de soutien de notre pays, est de le faire passer dans la case film historique, quelle que soit la technique."

Autour de Minuit : l'hybridation en ligne de mire


Logorama © Autour de Minuit

Présidée par Nicolas Schmerkin, Autour de Minuit est une société de production et de distribution qui compte quelque 40 courts métrages à son actif, dont l'oscarisé Logorama, plusieurs clips musicaux et une première série, Babioles, diffusée en clair sur CANAL+ en septembre 2012.


Cette série est d'ailleurs exemplaire dans la mesure où les personnages sont en 3D dans un univers de prises de vues réelles. "Pour ce qui nous concerne, nous tentons des greffes entre techniques. Après, on voit si ça prend ou pas."

Pour le fondateur de la société, "l'hybridation remonte à la nuit des temps… du cinéma, avec plus ou moins de succès". Les exemples sont en effet nombreux, à bien y regarder. D'abord, il y eut le tandem de danseurs entre Gene Kelly… et Jerry (de Tom et Jerry), que Nicolas Schmerkin qualifie d'approche. "On peut parler de cohabitation pour un film comme Mary Poppins. Les années 1980 marquent une période de confrontation dans la mesure où technologie et humanité se livrent un conflit dans l'histoire. En témoignent Tron ou encore Qui veut la peau de Roger Rabbit. Avec l'arrivée de la CGI dans les années 1990, on peut dire que le greffon, pour rester dans l'allégorie du jardinage, prend. Ce seront les réussites de The Mask ou de Terminator. 2000 marque le début de la décennie de la fusion, de l'alliage dans le court métrage qui demeure un terrain d'expérimentation plus ouvert, soumis à moins de contraintes. Ce sont souvent d'ailleurs des films autoproduits, faits à la maison, en quelque sorte."

Revenant au catalogue d'Autour de Minuit, Nicolas Schmerkin rappelle que le premier film hybride qu'il a produit était Obras, en 2003, un voyage poétique dans une Barcelone en cours de destruction qui alterne 2D, 3D, camera mapping, photos, prises de vues réelles…

"Nous souhaitions alors dépasser ce côté confidentiel et fait à la maison que j'évoquais. Mais comment envoyer un dossier bien normé pour un film hors norme ? Finalement, nous avons fait le pari de faire partir un dossier extrêmement visuel, plus 30 secondes de test, auprès du CNC, des fonds de soutiens régionaux, partout où l'on pouvait solliciter du financement." Et le producteur se rappelle la surprise d'alors : "Nous avons reçu un écho très favorable et constaté que les différentes commissions avaient "dépassé" l'absence de scénarios, de documents formatés. Obras a été nommé aux César et, toujours avec ce principe de dossier très visuel et d'œuvres hybrides, notre catalogue a obtenu une trentaine de prix dans différents festivals dans le monde."


Babioles © Autour de Minuit

Pour autant, Nicolas Schmerkin sait que ce type d'hybridation coûte très cher : "sur Babioles, dont on pourrait penser que l'économie est largement positive, il faut savoir qu'entre le format (2 min) et la cible (les adultes), nous sommes sur un coût d'environ 15 000 € la minute, ce qui est une totale aberration !" Nicolas Schmerkin parle même de "triple peine" : coût de l'animation + coût de la vue réelle + coût de leur intégration.


La conclusion est en forme de ballon d'essai : "nous sentons bien qu'il y a une demande sur ce type de production hybride qui ouvre de nouvelles possibilités narratives, mais obtenir les aides financières pose problème car, paradoxalement, c'est cette hybridation qui interroge les financiers".



Rédigé par Stéphane Malagnac, Prop'Ose, France
Conférences organisées par CITIA
sous la responsabilité éditoriale de René Broca et Christian Jacquemart

Contact : christellerony@citia.org

 Retour